Catégories
Articles récents
Archives
Étiquettes
Homeo Pour Tous | Atopie
45
single,single-post,postid-45,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-3.6.12,vc_responsive

Blog

UNE SIMPLE FERMENTATION

Atopie

L’atopie est une prédisposition, un terrain d’origine génétique, qui consiste en une réaction immunitaire excessive vis-à-vis de protéines habituellement bien tolérées. Le risque qu’un enfant présente un terrain atopique varie en fonction de la santé de ses parents.

L’enfant a:

• deux parents atopiques, son risque d’être atopique est de 70%;
• un parent atopique, son risque d’être atopique est de 58 % ;
• aucun parent atopique, son risque d’être atopique est de 15%.

Les principaux symptômes sont:

  • la dermite atopique, appelée autrefois «eczéma constitutionnel», qui consiste en une inflammation chronique de la peau; elle débute après l’âge de 3 mois;
  • l’éruption prédomine au niveau des joues, du lobe de l’oreille, du pli derrière les oreilles et des plis de flexion des articulations (pli du coude, creux du genou);
  • elle favorise le développement des virus comme celui qui est responsable des Molluscum contagiosum et de l’herpès et de microbes comme le staphylocoque;
  • l’eczéma de contact;
  • l’urticaire;
  • de fréquents symptômes respiratoires, en particulier une rhinite allergique;
  • des allergies alimentaires (sans qu’elles se manifestent obligatoirement par des symptômes).

Traitement homéopathique

Donner 3 granules de l’un des médicaments suivants, trois fois par jour jusqu’à guérison ou amélioration nette.
• Eczéma atopique ancien,
ARSENICUM ALBUM 9 CH.

• Eczéma atopique avec surinfection, localisation aux plis articulaires,
GRAPHITES 9 CH.

• Surinfection par le staphylocoque doré,
HEPAR SULFURIS CALCAREUM 9 CH.

Le principal médicament de fond, généralement prescrit par le médecin, est LYCOPODIUM CLAVATUM. 

Prévention

La prévention des complications de la maladie atopique chez les enfants se fait par le biais de l’alimentation et une intervention sur l’environnement.
Ces deux points doivent être particulièrement surveillés chez les nouveau-nés et nourrissons qui présentent un risque élevé de développer des symptômes.

L’allaitement maternel est fortement recommandé chez tous
les nouveau-nés, mais plus particulièrement dans ce cas. Il doit
être poursuivi jusqu’à l’âge de 4 voire 6 mois.
A partir du 4e mois, les aliments doivent être introduits un par
un sur une période de 3 à 4 jours, afin de pouvoir observer une éventuelle réaction lors des premiers essais.
Il vaut mieux retarder l’introduction des aliments dérivés du lait (commencer vers l’âge de 9 à 12 mois), des fruits exotiques (12 mois), de même que des œufs (blanc et jaune) et du poisson (vers 12 mois également). L’arachide et les oléagineux (noix, noisettes, amandes)
doivent être évités le plus longtemps possible, en tout cas jamais essayés avant l’âge de 3 ans.
En ce qui concerne l’environnement, les règles sont difficiles à établir car elles dépendent de chaque enfant. Néanmoins, il est prudent d’éliminer systématiquement tout ce qui peut l’être assez facilement, comme les acariens, les moisissures, les blattes… Il faut éviter d’acquérir un animal à fourrure (chat, chien, lapin, hamster, etc.), bien que pour certains l’exposition précoce (dès la naissance) soit moins nuisible que si elle se fait plus tardivement. Quant au tabagisme passif, toujours nocif par ailleurs, il  semble qu’il n’ait directement d’influence que chez les enfants ayant génétiquement une sensibilité particulière à la fumée.

0